Les géants du business de la rencontre en ligne


cours de l'action match

Vous avez surement entendu parler de Meetic, Tinder, Amoureux, POF ou Okcupid mais ce que vous ne savez peut-être pas c'est qu'ils font tous partie du même groupe, côté en bourse depuis fin 2015.


En 2017 la rencontre en ligne n’a rien d’une bulle internet ou d’un phénomène éphémère. Jouissant maintenant d’une expérience de plus de 20 ans - le pionnier Match.com fut créé dès 1995 alors que l’Internet était encore à ses balbutiements - il est aujourd‘hui un secteur à part entière avec des profits et des investissements colossaux.

La concurrence fait rage cependant quand on estime à plus de 2500 le nombre de sites de rencontres aux Etats-Unis seulement et à plus de 8000 dans le monde. Cette tendance effrénée ne semble pas se calmer car certaines estimations font état de 1000 nouveaux sites de rencontre créés par an. Mais le marché américain arrive à saturation, ce qui présage une certaine incertitude sur les futurs revenus et une concurrence accrue entre les différents acteurs.

Combien pèse le marché du "dating" ?


personne effectuant une transaction en ligne En 2016, les revenus de la rencontre en ligne sont évalués à 2,5 milliards de dollars rien qu’aux Etats-Unis, marché jugé précurseur. Ils atteignent déjà 1,6 milliards de dollars en Chine, où les sites de rencontres sont apparus bien plus tard.

Plus localement en France, certains chiffres témoignent de l’ampleur du marché. 28 % des jeunes français de 18-25 ans sont inscrits sur un site de rencontre ce qui montre que ce moyen de rencontre est rentré dans les mœurs.

Selon des chiffres de l'Insee datant de 2012, 38,8% de la population française, soit plus de 25 millions, de personnes sont célibataires. Ces chiffres se basant sur les personnes de plus de 18 ans non mariées, il semble plus réaliste de tabler autour de 15 millions de cœurs à prendre selon certains spécialistes. Cela donne quand même une ampleur du marché, notamment auprès des plus de 60 ans, bien plus à l'aise avec Internet de nos jours. Comme dans l’agroalimentaire ou dans les télécoms on voit aujourd’hui des multinationales qui achètent de nombreuses marques pour être les leaders sur le marché.

 

Qui sont les grands acteurs de la rencontre en ligne?

Match.com le géant, propriété de IAC

marques de IAC

Le groupe texan Match qui est le véritable géant de la rencontre en ligne mondiale dispose de pas moins de 45 marques regroupant les principaux leaders du marché sur chaque secteur.

Leaders dans la rencontre en ligne payante avec le célèbre Meetic numéro en France mais surtout Match qui peut être considéré comme le leader mondial de la rencontre payante.

 

 

Ce que l’on sait moins est que le groupe Match est aussi leader sur le marché Freemium, ces sites de rencontres gratuits qui proposent un service Premium payant afin d'accéder à certains avantages comme une plus grande visibilité sur le site ou des services exclusives et accès à des communautés spéciales.

 

Le groupe Match possède également des sites au design très basique mais néanmoins populaires du fait de leur gratuité comme POF (Plenty of Fish) ou OkCupid, très loin de l’image soignée et sérieuse de Meetic ou Match par exemple. Il a su ensuite ce placé sur le marché des applications et du "speed matching" en faisant l’acquisition du phénomène Tinder que l’on ne présente plus.

 

Le dernier secteur ou le groupe Match a beaucoup investi est la rencontre communautaire avec des sites comme Blackpeoplemeet.com ou encore ourtime.com qui lui vise la cible très prometteuse des "séniornautes", marché des internautes de plus de 50 ans, véritable opportunité pour les sites de rencontres. A noter que le groupe a décliné ce site en France et en Angleterre avec DisonsDemain, lancé en grandes pompes en Mai 2017 qui compte bien séduire les quinquagénaires et sexagénaires.

 

La stratégie est donc simple essayer de regrouper le plus de célibataires possibles en terme d’âge, de budget ou de mode de socialisation en faisant l’acquisition d’une multitude de sites. Match Group reste assez opaque sur ces chiffres, on sait cependant qu’il emploie 1000 personnes dans 20 bureaux dans le monde. Ce qui en fait aussi la compagnie la plus importante en termes d’employés dans l’industrie des rencontres sur Internet.



Affinitas, spécialisé dans la rencontre Premium

les sites d'affinitas

 

L’autre géant, européen cette fois, est la société allemande Affinitas Gmbh basé à Berlin. Créé en 2008 par David Khalil et Lukas Brosseder, cette entreprise lance eDarling qui a pour but de se concentrer sur les internautes recherchant une relation sur le long terme et souhaitant être mis en relation avec des célibataires qui leur correspondent. Le groupe cherche vraiment à développer le modèle d'agence matrimoniale en ligne.

Alors qu’ils sont loin d’être précurseurs sur ce créneau, le tournant se fait quand Affinitas comprend que l’union fait la force en se regroupant avec eHarmony, leader Américain des rencontres par affinités.

Loin des applis de rencontres pour rencontres éphémères, Affinitas s’est toujours concentré sur les célibataires à la recherche d’une relation longue et prêts à investir dans un abonnement mensuel pour rencontrer une communauté plus sélective. Un de ses sites phares pour rencontres entre célibataires provenant de hautes catégories socio-professionnelles est Elite Rencontre qui mise sur une communauté qui en majorité est diplômée de l'enseignement supérieure et exerce des postes à responsabilités. C’est d’ailleurs toujours dans cette optique que le groupe Affinitas a fait l’acquisition du français Attractive World en 2016, site qui s'est spécialisé dès le début dans une communauté haut de gamme où une sélection est faite à l’entrée.



Cupid Media: Une approche pays par pays, communauté par communauté

sites du groupe cupid media

Adapter le même site pour cibler différentes nationalités ou communautés : La stratégie parait pourtant simpliste mais en anticipant la tendance des niches dans la rencontre en ligne au début des années 2000, le couple australien Andrew et Emily Bolton ont touché le jackpot.


En effet, le groupe fondé à Sidney, initialement nommé Interactive Connections Pty Ltd s’est construit un empire. En déclinant plus de 35 sites à toutes les sauces (sites pour ukrainiens, japonais, lesbiennes, parents, chrétiens, personnes en surpoids, militaires, couples mixtes…), l’entreprise a réussi à réunir plus de 30 millions de membres en couvrant tous les continents.

Sans tomber dans le piège du site vitrine juste pour expatriés et touristes, le groupe a réussi à imposer ses sites auprès des populations locales comme en Asie, au Japon avec Japancupid au Philippines ou en Thaïlande où il occupe les premiers places dans les sites de rencontres les plus populaires. Il emploie 50 personnes et se fait lui aussi assez discret sur son chiffre d'affaires.

Badoo, un seul site pour une première place mondiale

application badoo

Comparé à tous ses concurrents principaux, Badoo ne s’est jamais attelé à créer ou acheter d’autres sites pour rester dans la course. En effet fort de son statut de numéro mondial de site de rencontre en terme de trafic, il n’a jamais essayé d’acquérir d’autres marques. Créé par l’homme d’affaire Russe Andrey Andreev, il est d’abord lancé au Royaume Uni en 2006.

 

Badoo s’est plus de 200 millions de membres aux quatre coins de la planète et 200 millions de dollars de revenus annuel (données datant de 2013). Car s’il n’a jamais acquis d’autres marques et est arrivé sur le marché assez tard , il a toujours su s’adapter très tôt aux nouvelles tendances de la rencontre en ligne : un des premier à offrir un modèle Freemium ( fonctions de basse comme consultation et rédaction de profil et messages gratuites), un des premier à s'adapter aux réseaux sociaux avec une inscription possibles via les différentes plateformes (FB, Twitter, WhatsApp, Vkontakte…) et aussi un des premiers à disposer d’une application mobile.

Il faut cependant préciser que son succès fulgurant vient aussi du fait qu’il ait bénéficié d’un soutien financier à hauteur de 30 millions de dollars à ses débuts ce qui lui a permis de côtoyer très vite les premières places et d’atteindre en moins de 5 ans 100 millions d’inscrits.

 

Tout cela lui permet d’être encore en Mars 2017 le site de rencontre numéro un mondial avec 123 millions de visites mensuelles avec une présence globale et très diversifiée car les 5 pays d’où il reçoit le plus de visiteurs sont le Brésil, la Pologne, la France, la Russie et l’Argentine.


Adopte un … polonais ou une colombienne: AUM sur le plan international

page acceuil site allemand

On peut aujourd’hui parler d’un véritable groupe Adopte un mec, nommé d’ailleurs GEB ADOPTAGUY pour s’ouvrir à l’international. Car le site ne se contente pas d’avoir son portail en France avec le succès qu’on lui connait. Il est implanté en 2017 dans plus de 9 pays autour du globe en déclinant sa marque à travers les langues locales. Il est aujourd’hui principalement présent sur 2 continents : En Amérique du Sud où il se prénomme AdoptaUnChico au Mexique et en Argentine, AdoteUmCara au Brésil ou encore AdoptaUnMan en Colombie. Mais il est aussi présent bien sûr sur tous les gros marchés européens, avec l’Italie (AdottaUnRagazzo), l’Espagne (AdoptaUnTio), la Pologne et la Turquie (ZaadoptujFaceta et ErkekSepeti), mais aussi l’Allemagne avec AdoptAGuy , la traduction allemande ne devait pas sonnée très glamour.

 

La société parisienne est toujours dirigée par ses 2 fondateurs, Florent Steiner et Manuel Conejo, copains depuis le collège. Un chiffre d’affaires de 16 millions, une quarantaine d’employés (moyenne d’âge de 24 ans !) en 2013 selon Frenchweb, la startup a encore de beaux jours devant elle si son ton décalé crée le même buzz à l’étranger que dans l’hexagone car tous le défi est là. Ce second degré basé sur le « Girl Power » et l’homme objet peut ne pas séduire dans d’autres pays avec des mentalités différentes. En témoigne l’échec cuisant que le groupe a rencontré en essayant de s’implanter aux Etats-Unis, sans succès du fait d’un budget communication sous-estimé comme l’admet son directeur Marketing Thomas Pawlowski.

DNXcorp, le discret groupe derrière de nombreux sites

sites du groupe dnx corp

DNXcorp, le nom ne vous dit probablement rien, on parle pourtant d’un géant du dating coté en Bourse depuis 2007, qui a réalisé 43 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2016< et a plus de 100 salariés en France, en Suisse, au Luxembourg ou à Malte. Anciennement baptisé Dreamnex et créé en 1999 par Patrice Macar celui qui est toujours son dirigeant historique, la société a survécu avec brio à l’éclatement de la bulle Internet qui a lourdement touché beaucoup de start-ups dans les années 2000.

La discrétion a toujours été la devise de l’entreprise d’Aix-en-Provence du fait de la diversité de ses activités : de la vidéo à la demande et webcam live, du E –commerce avec Sexy Avenue et aussi de la rencontre. Sur la rencontre, l’entreprise se place aussi sur des créneaux très variés. Elle a des sites sur la rencontre purement adultes comme Edenflirt ou Cougars Avenue et extraconjugales avec Idilys mais cela ne l’empêche pas de cibler le public senior également avec le très soft Quintonic qui est plus sur les rencontres amicales, activités et réseau social pour les plus de 50 ans. Tout comme le groupe Meetic avaec Disonsdemain, cela montre bien comment ce secteur des célibataires séniors semble porteur et stratégique pour l’industrie de la rencontre dans les années à venir.

Quels sont les sites de rencontres les plus visités au monde

Une approche locale qui résiste face à la globalisation des sites et applications

personnes connectées

Mise à part quelques marques globales qui dominent le marché grâce à une implantation dans multiples pays, souvent les sites qui reçoivent le plus de visites sont ceux qui ont réussi à avoir une position de leader et de quasi monopole sur leur marché domestique en jouant la carte local, surtout quand ces marchés sont russes ou chinois.

Badoo domine toujours le marché de manière insolente, cela fait des années que son statut de numéro 1 mondial n’a pas été contesté. Il a été le pionnier sur le concept du modèle Freemium pour les sites de rencontres et a très vite compris le poids des réseaux sociaux pour assoir une présence vraiment internationale.

Plenty of Fish, plus communément appelé POF, qui repose aussi sur le même modèle de site gratuit avec options payantes pour plus de visibilité occupe lui la deuxième place. Le site canadien créé en 1999 par l’informaticien Markus Frind génère la majeure partie de ces profits grâce à la pub présente sur son site ciblant sa large audience.

On retrouve ensuite le site Match qui partage sa communauté avec Meetic suivant les pays. Premier site de rencontres payant au monde, il réussit à concurrencer les sites gratuits grâce à un service plus haut de gamme et des innovations continuent. Avec des vacances organisées en Europe pour ses membres ou encore des bots qui vont chercher à votre place les célibataires qui vous conviendrait, le site essaye vraiment d'offrir de nouveaux services sur la rencontre 2.0.

D’autres grands noms globaux comme OkCupid ou Zoosk se suivant ensuite dans les premières places. Cependant la surprise vient surtout de ses sites qui se contentent de cibler leur marché locale mais se glissent quand même dans les plus hauts rangs mondiaux. Vous n’avez surement jamais entendu parlé des sites russes LoveMail et Mamba, du chinois RenRen, du japonais 550909.com ou encore de l’italien Bakecaincontrii mais sachez qu’ils se placent tous dans le top 12 mondiales en dépassant la barre des 8 millions de visites mensuelles. Penser locale semble donc être une stratégie payante dans la rencontre en ligne.

Un futur pas si rose pour le business des sites de rencontres

Même si tous ces chiffres font tourner la tête avec une croissance exponentielle depuis les années 2000, le marché de la rencontre en ligne arrive enfin bientôt à maturité. Il semble même qu’il soit en train de stagner et va très prochainement décliner.

Pour faire des projections sur ces tendances, il est toujours très intéressant de regarder le marché américain. Précurseur dans les rencontres en ligne où les premiers sites ont vu jour dès 1995, les États-Unis ont toujours révéler quelques années en amont les tendances et les phénomènes que l’on constatait ensuite en France. Hors le marché des rencontres en lignes est aujourd’hui saturé Outre-Atlantique. Selon un rapport de Février 2016 du très sérieux Marketdata Enterprises Inc., la croissance ralentit très fortement sur un marché où plus de 1 500 sites de rencontres essayent de séduire un nombre de célibataire qui lui n’augmente pas si rapidement.

interface application smartphone Le phénomène des applications de rencontres n'est pas non plus aussi prometteur qu’initialement prévu. Les croissances exponentielles de Tinder et Grindr lancés il y a déjà plus de 5 ans n’ont jamais été égalées.

L’avènement des sites de rencontres gratuits ont montré qu’avoir des centaines de milliers d’utilisateurs n’engendre pas un business model stable sur le long terme. Les sites comme Amoureux ou l’application Tinder qui étaient les figures de proues de la rencontre gratuite en France, n’ont plus rien de gratuit aujourd’hui et affichent des tarifs très similaires à leurs concurrents payants. Elles vont d’ailleurs la plupart du temps partie des mêmes groupes.

Si les groupes ont souvent fait preuve d’une certaine opacité pour ne pas trop divulguer les bénéfices insolents qu’ils généraient, il semble aujourd’hui qu’ils affichent la même discrétion sur leurs chiffres pour d’autres raisons. Pour toujours montrer une dynamique de façade, les entreprises se gardent bien de révéler le nombre de nouvelles inscriptions. Elles préfèrent communiquer sur le nombre total de profil crées ce qui a valu a Adopte Un Mec un procès de la part de Meetic en 2016 pour une campagne de pubs annonçant le chiffres de 10 millions de membres. Est-ce qu’un compte créé il y a 10 ans ou la personne ne s’est pas rendue depuis des années peut être considéré comme celui d’un membre actif ?

En conclusion, le marché des rencontres par Internet est encore loin de sombrer et a définitivement encore de belles années devant lui du fait qu’il soit maintenant rentré dans les mœurs pour les jeunes célibataires mais aussi pour de plus en plus d’internautes séniors, véritable aubaine pour le futur sur un marché qui comme déjà aux Etats-Unis et très bientôt en Europe arrive à maturité.